On S En Fout
Ce forum est désormais désactivé car peu utilisé.
Cependant, étant contre la censure, nous vous le laissons à votre disposition en lecture.
Bonne continuation à tous.

CONTE IMPOPULAIRE OSEFIEN

Aller en bas

CONTE IMPOPULAIRE OSEFIEN

Message par Valombre Morghulis le Mar 18 Fév 2014 - 7:28

LE CONTE IMPOPULAIRE OSEFIEN


Ami(e)s du bus, du TP Rush, des sorties McM, du bus scolaire, du TS voici l'histoire de vos aventures en jeu. Cette histoire sous forme d'épisode est alimentée par vos faits, vos dires, vos fails, vos succès...et surtout par toutes les conneries que vous pouvez dire et écrire !!!

Ce post est volontairement bloqué afin d'y trouver uniquement les épisodes. Un autre post pour réagir à l'histoire se trouve dans le forum.

Enfin dans le cadre de l'anniversaire du WBT, nous tenons à signaler que ce conte servira pour un des events de ce grand événement festif.


Dernière édition par Valombre Morghulis le Mar 18 Fév 2014 - 7:37, édité 2 fois
avatar
Valombre Morghulis

Messages : 144
Localisation : A gauche mais plus loin au fond

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: CONTE IMPOPULAIRE OSEFIEN

Message par Valombre Morghulis le Mar 18 Fév 2014 - 7:29

EPISODE 1 – « Youpi matin, la joie du transport en commun »



Le silence régnait tel un roi païen sur son trône après un repas trop riche en pruneaux…à part quelques bruits incongrus ici et là, y’a pas foule dans les tympans ! Faut dire, au regard de l’heure matinale, pas grand monde se bousculait au portillon de l’abri bus de Hoelbrack-les-oies. Il était tout seul dans la cahute, il avait froid et ressentait déjà l’exaspération du trajet avant même que celui-ci débute.

Au loin un vrombissement poussif se fit, et une pale lueur mobile nimbait l’horizon d’une couleur Orr. Le bus de la Compagnie WTB arrivait.
6h17 pétante. Notre protagoniste se meulait sévère dans une danse statique de sioux pris de colique néphrétique, limite une danse cérémoniale de la chaleur qu’on aurait plus vite fait de mettre un poêle avec de la bouse de dolyack pour se réchauffer les miches !

Au bout d’une attente interminable digne d’un timer buggé, le bus arriva. On ne pouvait pas le louper : le machin couinait de partout, se trainant dans un vieux bruit de casseroles d’une cuisine japonaise lors d’un tremblement de terre…ou le cuistot se dit que finalement il aurait dû investir dans des accroches solides pour ses ustensiles parce que quand sa tombe…ben sa tombe !!!

L’autre particularité du bidule résidait dans le panneau lumineux version routier apposé devant le chauffeur…4 lettres se dessinaient dans la pénombre du pare-brise..O S E F.

En lui-même, et pour l’ensemble de ses amis dans sa tête, il se dit « et voilà, on y retourne..vas être longue la matinée..longue…très longue ».

L’immonde poubelle ambulante dites de transport collectif stoppa, et les portes s’ouvrirent séparant en deux morceaux l’inscription apposée : sur la gauche ne restait qu’un AR, et sur la droite un AH…les 2 portes Arah ouvertes, on pouvait distinguer le chauffeur, coiffé de sa ridicule casquette en losange bleu, qui lança au futur passager un tonitruant « Chalut cheune homme…fait pas chaud tassin ? »
Devant la mine déconfite (NB au cassis la mine déconfite) du passager le commandant du bus fut dans l’obligation d’expliciter son propos : « ben voui, Joe Dassin…chaud tassin….non ? ».

La tirade claqua dans le bus et une petite voix canine se fit entendre dans le fond du bus : « Achtung achtung…flop flop flop ». Le passager poussa un soupir marquant une profonde lassitude qu’on devinait comme instaurée depuis fort longtemps… « Purée mais qu’est-ce que je fous la… »


Suite au prochain épisode…

Ou il sera question de la banquette des filles du bus…
Ou nous noterons l’apparition d’un ustensile nommé manivelle…
Ou nous saurons pourquoi certains aiment l’exotique….
avatar
Valombre Morghulis

Messages : 144
Localisation : A gauche mais plus loin au fond

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: CONTE IMPOPULAIRE OSEFIEN

Message par Valombre Morghulis le Mar 18 Fév 2014 - 7:32

EPISODE 2 – « Et mon cul, c’est du canard ? »

Une fois à bord, notre protagoniste balaya du regard (et même dans les coins parce qu’il est un peu méticuleux) la faune embarquée : l’heure faisant, les passagers se comptaient sur les doigts d’une main d’un manchot atteint de parkinson. Ce qui fait, au final, qu’avec les tremblements on pense qu’il y en a plus ! Bref, il n’y avait que les habitués de la ligne MdJ, celles et ceux faisant l’intégralité du parcours. Du coup il convenait d’examiner attentivement pour s’assoir, avec qui, dans quelle condition… En résumé, dans quel groupe poser son cul !!!

Celles qu’on ne pouvait rater, occupaient la banquette centrale en vis-à-vis : les « canardeuses » ! Toujours à papoter, à rigoler sous cape sur des trucs incompréhensibles pour le commun des passagers. De un, parce qu’elles mettaient un malin plaisir à rendre inaudible leurs propos, de deux parce que franchement il n’en n’avait rien à carrer ! Et puis il n’aime pas les navets alors….

Le point commun des passagères valait leur surnom. Elles arboraient toute à la ceinture un petit canard jaune avec un bec comme rarement on en voit. Il fallait avouer que cet objet questionnait fortement notre protagoniste. Quel usage pouvaient-elles en faire ? Pas de clefs au bout du canard, pas de ficelle, pas de nœud au bout du canard (ce dernier élément ne pouvant être développé pour cause de PEGI d’au moins 22 ans et demie sans faux col). Bref un mystère….

Un peu en retrait du chauffeur, on trouvait le second chauffeur de la ligne qui arborait lui aussi une casquette bleue en losange. Il différait de son frère jumeau conducteur par son uniforme. Certes on devinait les signes réglementaires de la compagnie WTB, mais il y avait un truc en plus, une forme d’exotisme dans le choix des tissus et des couleurs. On sentait chez lui cette volonté d’affirmer une forme de richesse, comme un créateur de mode se voulant précurseur d’une tendance…bref, le second chauffeur était clinquant dans sa livrée orangée…

Sur un strapontin amovible à gauche de la banquette des canardeuses, se trouvait un jeune homme plutôt réservée. Seul mâle éligible à la secte du canard il écoutait en silence et semblait jouer le rôle d’arbitre dans les débats philosophiques qui devaient, sans l’ombre d’un doute, se situer bien au-dessus de la ceinture…

Soudain, un bruit hors norme secoua le bus. Le chauffeur venait de redémarrer quand une pétarade mis un terme au ronflement du moteur. La panne en bel et due forme. Le chauffeur se retourna et appela le passager le plus proche de lui, en l’occurrence l’arbitre de la secte des canardeuses… »Cheune homme, fous foulez pas prendre ma manivelle qui se trouve en tessous de mon siège ? »

Suite au prochain épisode…

Le bus redémarrera-t-il ?
Ou se logera la manivelle ?
Notre protagoniste pourra-t-il s’assoir en toute quiétude ?
avatar
Valombre Morghulis

Messages : 144
Localisation : A gauche mais plus loin au fond

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: CONTE IMPOPULAIRE OSEFIEN

Message par Valombre Morghulis le Mar 18 Fév 2014 - 7:33

EPISODE 3 - Patriiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiick !!!

Un silence de plomb, sans âge….un plombage quoi…venait brutalement de s’abattre dans un capharnaüm en braille. Sans le bruit du moteur on pouvait entendre une lumilule voler.

« Alors cheune homme, fous fenez la prendre ma manifelle ? ». L’arbitre de la secte des canardeuses s’avança penaud vers la cabine du chauffeur.

« Glisser vous entre mes chambes et avancer la tête….fous allez la foir ». L’exécutant s’exécuta tout en exécutant une savante manœuvre savamment exécutée. Dans la pénombre on ne pouvait distinguer quoique ce soit. Seul le bruit du tâtonnement dans les tissus, et les petits soupirs d’inconfort venaient troubler l’opération…

Soudain, une main émergeât tenant l’objet magique. « Parfait cheune homme, fous me contentez avec ravissement… » Le chauffeur sortie de sa cabine, pris la manivelle et sorti vers l’avant du bus, à hauteur du moteur. Il mit sa manivelle dans l’orifice destiné à l’usage…et d’un savant mouvement de vas et vient il la fit tourner afin de tenter de redémarrer.

Force fut de constater au bout de plusieurs essais infructueux que le bus ne pouvait repartir.

Le chauffeur appela son collègue pour un conciliabule de labiales conciliées et conciliantes…et convinrent tout deux que de cheval de un, ils étaient dans la mouize, de cheval de deux, les passagers déjà à bord devaient être rassurés, et de cheval de trois ce retard devenait préjudiciable pour l’ensemble des usagers de la ligne qui devaient poireauter en rang d’oignons aux différents arrêts suivant.

Une fois de retour dans le bus, le chauffeur à manivelle pris la parole… « Passagers et passagères du WBT…un incident indépendant de notre folonté nous obligent à attendre. Afin de fous aider à patienter che vais fous interpréter quelques chansons de mon répertoire personnel…. »

Notre protagoniste fut soudainement pris d’un malaise…déjà que la situation n’était guère brillante, mais là, le coup des chansons…
« Monsieur le chauffeur, loin de moi l’idée de vous interrompre dans vos envies de chorale improvisée, mais il n’y a pas autre chose à faire de plus urgent ? »

« Meuh non cheune homme….tout est sous contrôle, nous attendons l’équipe de dépannache ».

Des petits cris se firent entendre dans la banquette des canardeuses, et l’une d’entre elle fondit en larmes…
« Oh non, oh non….pas lui..pas le garagiste du WBT….pas Patrick lâcha-t-elle avant de s’évanouir..

Suite au prochain épisode….

Qui est le mystérieux Patrick ?
Faudra t’il ranger la manivelle ?
Notre protagoniste est toujours debout, n’a-t-il pas mal aux jambes ?
avatar
Valombre Morghulis

Messages : 144
Localisation : A gauche mais plus loin au fond

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: CONTE IMPOPULAIRE OSEFIEN

Message par Valombre Morghulis le Mar 18 Fév 2014 - 7:35

EPISODE 4 – Réunion de Famille

(où le fait que le mariage consanguin ne fait pas des canons mais des crétins….)

Aussitôt les canardeuses se précipitèrent au chevet de leur congénère évanouie (NB : faudrait quand même penser à ranger ce bus, y’a un chevet qui traine…). La pauvrette, complétement dans les vapes dans un premier temps, reprenait petit à petit ses esprits…sont –il là d’ailleurs…enfin là n’était pas la question… l’urgence de la situation et l’impériosité de réparer au plus vite le bus primait sur le reste.

L’aurore pointait son nez et la lisière de la forêt toute proche donnait un air de poils dans les cavités nasales…du plus bel effet…mais là encore, ils n’avaient pas de temps afin d’admirer le paysage. Soudain un vrombissement déchira l’aurore (qui pointait toujours son nez, suivez un peu svp…), un peu comme quand on se mouche alors qu’il y a un gros silence….le garagiste de la compagnie WBT arrivait à tombeau de Baradin ouvert.

La dépanneuse se rangea devant le bus, et un immense bestiau en sortie, tenant plus du bœuf charolais que de la danseuse du Bolchoï, il faut bien en convenir….encore que, avec un bleu tutu de travail y’aurait moyen d’avoir un premier rat de ballet d’Allemagne de l’Est pour peu qu’une esthéticienne usant du napalm passe partout…

Le front bas et couvert de bosses, indiquant sans nul doute que quand on fait 2m17 faut toujours faire attention aux poutres… un œil disant bonjour à l’autre, une chevelure tenant plus de la serpillière de collectivité, l’auxiliaire de mécanique pas du tout quantique pour 2 sous…et un cantique à 2 sous ne fait pas la chanson…fallait bien avouer qu’il était loin d’être un standard masculin, et d’aucun escomptait qu’il soit sans dard masculin, signe de bienveillance pour les générations futures du coin…

Le dépanneur s’avança vers le bus…et d’une voix faisant apparaitre clairement l’idée que quand on lui donne un éventail, le bestiau devait secouer la tête pour s’aérer…il se présenta aux passagers.

« Bôoonjour messieurs dames, je suis Patriiiiiiiiiick…avec dix i »

Devant l’assemblée muette et incrédule il poursuivit « Oui ç’est ma maman qui a mis dix i…ça s’écrit c r e t i n…Patriiiiiiiiiiick…car je suis allez à l’école et je sais écrire ».

Notre protagoniste, pris d’un malaise soudain, décida que finalement il allait enfin s’assoir et que, tant pis, il aurait le fessier humide mais là, on touchait le fond du fond….et se laissa choir dans la neige. La situation ne pouvait être pire : le bus en panne, des passagers excédés, perdu dans la cambrousse, avec un chauffeur tenant plus de Tino Rossi qu’Alain Prost et là, pour finir, un mécano version bucheron finlandais, analphabète comme ses pieds, qui devait plutôt utiliser du lubrifiant moteur pour le cul des poules que dans les pièces motorisées des engins de transport….

Patriiiiiiiiick s’avança vers le chauffeur chanteur et le pris dans un bras, deux étant de trop vu la taille du bestiau, suivez toujours un peu svp… « Poupâaaaaa » lacha t’il entre 2 bisous sur le crâne….

« Chalut fiston, allez mets-toi au traffaille stp nous n’afons pas de temps à perdre »

Suite au prochain épisode…..

Patriiiiiiiick est le fils du chauffeur….mais qui peut être la mère d’un truc pareil ?
La manivelle n’est toujours pas rangée mais notre protagoniste est enfin assis.
Y’a-t-il un rapport ?
Saurons-nous pourquoi une capuche panda se trouve dans le bus ?
avatar
Valombre Morghulis

Messages : 144
Localisation : A gauche mais plus loin au fond

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: CONTE IMPOPULAIRE OSEFIEN

Message par Valombre Morghulis le Mar 18 Fév 2014 - 7:36

EPISODE 5 – LE BEBE A SA MAMAN !!!

Déjà une heure que l’aéropage du transport en commun s’aérait les bronches, contraint et forcé par la mécanique en grève. A entendre les atchoums ici et là, et le concert de mouchages version orchestre symphonique qui fait ses gammes, il fallait en conclure que les passagers n’étaient que peu équipé contre le froid. De là à dire que contraint, peut en cache nez un autre ?

Il y avait au moins une personne pour réchauffer l’atmosphère (à thermostat 7 position 4) : Patriiiiiiiiiick s’activait sous l’avant du bus, à grand renfort d’une topette d’alcool local de fruit de chêne car le gland rend fort…

Certes, il n’était pas de ceux qui pouvaient disserter sur l’influence des guerres puniques dans le Péloponnèse inférieur, mais en attendant, il connaissait son affaire pour ce qui était de la réparation et avait, en moins de deux qui font six voilà votre monnaie, localisé la panne.

Patriiiiiiiick avait sa méthode pour communiquer son contentement…et tout le monde avait entendu son gimmick signalant la découverte du problème, lorsqu’une voix sourde sortie du dessous le bus lâcha un « Gedeupaaaaaaaaa »…

« Il vas y en avoir pour longtemps ? » demanda notre protagoniste au chauffeur chanteur.
« Je ne chais pas cheune homme, sur ces choses-là che laisse Patriiiiiiiiiiick faire, il reste un Orrfèvre en la matière et vas nous réparer ça en 2 temps 3 mouvements ».
« Hum…votre fils sait ce qu’il fait, vous en êtes certains ? » questionna-t-il avec un léger soupçon dans la voix…

Le chauffeur chanteur intima à notre protagoniste de se mettre un peu à l’écart. Une fois loin du bus, il s’avança vers lui.

« Cheune homme, Patriiiiiiiiick n’est pas mon fils…enfin je ne chuis pas le père. Nous l’afons recueillis tout bébé, il y a longtemps, mon collègue et moi, à un arrêt du bus de cette ligne. Il avait été déposé là par on ne chais qui. Il était déjà tellement grand à l’époque, que de loin nous l’afons pris pour un rôti de porc, tellement il était ficelé dans son lange…Il n’y afait qu’une chose avec lui : une capuche de tête de panda. Alors pour ne pas brusquer l’enfant, mon collègue, Mad, a mis la capuche de panda sur sa tête. Depuis Patriiiiiiiiiick le considère comme cha maman. Tout le monde joue le cheu à tel point que quand Mad mets la capuche, on l’appelle Madame….mais il n’aime pas trop… »

Laissant notre protagoniste (quelque peu interloqué faut-il dire en passant devant l’incongruité de la situation, et tout absorbé à ses considérations sur la tragédie du manque de places en hôpital psychiatrique pour toutes les personnes qu’il croisait depuis qu’il avait embarqué dans ce bus)….bref… le chauffeur chanteur se dirigea vers son collègue.

« La petite sort de son malaise, et Patriiiiiiiiiick quand il fas la foir, vas encore être tout fou. Faudrait que tu mettes ta capuche de panda…on fas lui faire le coup de la page magique pour le calmer ».

Suite au prochain épisode

La page magique pourra t’elle calmer Patriiiiiiiiick ?
La canardeuse pourra t’elle échapper aux bisouuuuuuuux de Patriiiiiiiiiiiick ?
P’tain….quel suspens !!!!
avatar
Valombre Morghulis

Messages : 144
Localisation : A gauche mais plus loin au fond

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: CONTE IMPOPULAIRE OSEFIEN

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum